Les paroles de mère Rafaela « Nu mai pot după voi! / Vous êtes très très chers à mon cœur ! » m’ont touché profondément

Versiune tiparTrimite unui prieten

Chère mère Silouana, Les paroles de mère Rafaela « Nu mai pot după voi! / Vous êtes très très chers à mon cœur !», m’ont touché profondément. En travaillant au séminaire « La guérison par le Pardon » avec mère Nectaria, j’ai compris la force de la parole écrite ; cela est bien normal, d’ailleurs, puisque les mots sont des prolongations des vibrations de notre âme. J’aurais aimé pouvoir prendre toute votre douleur sur moi, pour vous soulager, mais ce n’est pas possible. Comme vous avez récemment écrit sur le site, « il est important de vivre sa douleur en profondeur », et je pense que vous l’avez fait !
Je vous remercie sincèrement pour le séminaire « La guérison par le Pardon ». C’est comme ça que j’ai fait votre connaissance ! C’est ainsi que les volets de mon âme se sont ouverts, après presque 40 ans pendant lesquels ils sont restés fermés… Je vous reconnais dans chaque phrase de vos livres et de vos conférences : « Seigneur, guéris-moi ! », « Seigneur, rends-moi digne ! », « naissance », « douleur », « joie », sont les mots que je rencontre le plus souvent chez vous.
Je vois plein de messages sur le site concernant mère Rafaela. Sachez que ceux qui vous soutiennent par la prière sont bien plus nombreux que ceux qui vous écrivent.
Que le Seigneur reçoive mère Rafaela dans Son Repos éternel !
Que le Seigneur vous accorde, à vous et à toute la communauté, la santé et la force ! Nous avons besoin de vous !
Pardonnez-moi d’avoir osé vous écrire. Je l’ai fait en ayant en mémoire les paroles de notre Seigneur Jésus-Christ qui a dit que Son Royaume se prend d’assaut !

Que Dieu nous aide!
Marius Ghergu

Merci pour cette consolation !
Merci pour ton désir de nous aider en prenant sur toi notre douleur. Non seulement cela n’est pas possible, mais ce n’est pas utile non plus. En prenant sur soi la douleur de quelqu’un, on le prive du don qui lui vient en vivant cette douleur. Si cela avait été « la solution » à la souffrance humaine, alors Dieu Lui-même nous aurait épargné la souffrance quand Il a fait Sienne cette souffrance. Dieu transforme cette douleur que nous nous infligeons nous-mêmes en refusant de naître à travers, Il la transforme en réceptacle de Sa miséricorde.
Seigneur, aide-nous à ne gaspiller vainement aucune goutte de cette douleur ! Apprends-nous à verser cela dans le vase de Ta miséricorde, afin que Tu puisses transformer cette douleur en Ta sainte joie après laquelle languit notre âme !
Merci, Marius, de « m’avoir trouvée » et de t’être retrouvé dans mes témoignages et mes paroles. Je prie Dieu pour qu’Il te donne la grâce afin que tu puisses me laisser derrière toi (avec affection et prière), pour arriver près de Lui, afin de faire Sa sainte volonté ! C’est la seule manière d’être vraiment ensemble !

Avec amour et reconnaissance,
Mère Silouana